A Alfred de Musset de Félix Arvers

Hélas ! qui t’a si jeune enseigné ces mystères Et toutes ces douleurs du pauvre cœur humain ? Quel génie au milieu des sentiers solitaires, Au sortir du berceau t’a conduit par la main ? O chantre vigoureux, ô nature choisie ! Quel est l’esprit du Ciel qui t’emporte où tu veux ? Quel souffle parfumé de sainte poésie Soulève incessamment l’or de tes blonds cheveux ? Quel art mystérieux à ton vers prophétique Mêla tant de tristesse et de sérénité ? Quel artiste divin, comme au lutteur antique, Te donna tant de force avec tant de beauté ?

Ospitalita de Félix Arvers dans Mes heures perdues

Dans des vers immortels que vous savez sans doute, Dante acceptant d’un prince et le toit et l’appui, Des chagrins de l’exil abreuvé goutte à goutte, Nous a montré son coeur tout plein d’un sombre ennui ; Et combien est amer, pour celui qui le goûte, Le pain de l’étranger, et tout ce qu’il en coûte De monter et descendre à l’escalier d’autrui… Moi, qui ne le vaux pas, j’ai trouvé mieux que lui. Ici, malgré ces vers de funèbre présage, J’ai trouvé le pain bon, et meilleur le visage, Et l’opulent bien-être et les plaisirs permis. C’est que Dante, égaré dans des sphères trop hautes, Avait un protecteur, et

Sonnet à mon ami R… de Félix Arvers dans Mes heures perdues

J’avais toujours rêvé le bonheur en ménage, Comme un port où le cœur, trop longtemps agité, Vient trouver, à la fin d’un long pèlerinage, Un dernier jour de calme et de sérénité. Une femme modeste, à peu près de mon âge Et deux petits enfants jouant à son côté ; Un cercle peu nombreux d’amis du voisinage, Et de joyeux propos dans les beaux soirs d’été. J’abandonnais l’amour à la jeunesse ardente Je voulais une amie, une âme confidente, Où cacher mes chagrins, qu’elle seule aurait lus ; Le ciel m’a donné plus que je n’osais prétendre ; L’amitié, par le temps, a pris un nom plus tendre, Et l’amour

Georges Courteline – Amitiés féminines

AMITIÉS FÉMININES Voilà comment cela commence, Voilà comment cela finit. (Barbe-Bleue, acte II.)   PROLOGUE Mise en présence, pour la première fois, de Totote et de Micheline dont les amants se sont rencontrés au café. Présentation, par ces messieurs, de ces deux dames l’une à l’autre. Grande froideur chez chacune d’elle ; salutations à peine indiquées ; attitudes méfiantes de jeunes fox qui se trouvent brusquement nez à nez et se tiennent sur la défensive. – Qui est cette intruse ? – Que nous veut cette iconoclaste ? « Les femmes, dit Dumas, sont ennemies ou complices. » Que sera Micheline pour Totote ? Que sera Totote pour Micheline ? Faut voir ! Faut voir ! Laissons le

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage écrit par Joachim Du Bellay

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage, Ou comme cestuy-là qui conquit la toison, Et puis est retourné, plein d’usage et raison, Vivre entre ses parents le reste de son âge ! Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village Fumer la cheminée, et en quelle saison Reverrai-je le clos de ma pauvre maison, Qui m’est une province, et beaucoup davantage ? Plus me plaît le séjour qu’ont bâti mes aïeux, Que des palais Romains le front audacieux, Plus que le marbre dur me plaît l’ardoise fine : Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin, Plus mon petit Liré, que le mont Palatin, Et plus que l’air marin

Sonnets pour Hélène est un recueil de poèmes de Pierre de Ronsard paru en 1578.

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle, Assise auprès du feu, dévidant et filant, Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant : « Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! » Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle, Déjà sous le labeur à demi sommeillant, Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant, Bénissant votre nom de louange immortelle. Je serai sous la terre, et, fantôme sans os, Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ; Vous serez au foyer une vieille accroupie, Regrettant mon amour et votre fier dédain. Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain : Cueillez dès aujourd’hui les roses

Lettres de mon moulin – Nostalgies de caserne

Ce matin, aux premières clartés de l’aube, un formidable roulement de tambour me réveille en sursaut… Ran-plan-plan ! Ran-plan-plan !… Un tambour dans mes pins à pareille heure ! Voilà qui est singulier, par exemple. Vite, vite, je me jette à bas de mon lit et je cours ouvrir la porte. Personne ! Le bruit s’est tu… Du milieu des lambrusques mouillées, deux ou trois courlis s’envolent en secouant leurs ailes… Un peu de brise chante dans les arbres… Vers l’orient, sur la crête fine des Alpilles, s’entasse une poussière d’or d’où le soleil sort lentement… Un premier rayon frise déjà le toit du moulin. Au même moment, le tambour, invisible, se met à

Cythère de Paul Verlaine, Fêtes galantes

Un pavillon à claires-voies Abrite doucement nos joies Qu’éventent des rosiers amis; L’odeur des roses, faible, grâce Au vent léger d’été qui passe, Se mêle aux parfums qu’elle a mis ; Comme ses yeux l’avaient promis, Son courage est grand et sa lèvre Communique une exquise fièvre ; Et l’Amour comblant tout, hormis La Faim, sorbets et confitures Nous préservent des courbatures.

A une femme de Paul Verlaine, Poèmes saturniens

A vous ces vers de par la grâce consolante De vos grands yeux où rit et pleure un rêve doux, De par votre âme pure et toute bonne, à vous Ces vers du fond de ma détresse violente. C’est qu’hélas ! le hideux cauchemar qui me hante N’a pas de trêve et va furieux, fou, jaloux, Se multipliant comme un cortège de loups Et se pendant après mon sort qu’il ensanglante ! Oh ! je souffre, je souffre affreusement, si bien Que le gémissement premier du premier homme Chassé d’Eden n’est qu’une églogue au prix du mien ! Et les soucis que vous pouvez avoir sont comme Des hirondelles sur